QUELLES ACTIVITÉS AUTOUR DE SAINT-MALO ?

Nous avons préparé une liste d’activités à faire et d’endroits à réaliser cet été à Saint-Malo. Découvrez les alentours de Saint-Malo !

Si vous séjournez dans notre hôtel à Saint-Malo avec vue sur mer ou que vous êtes un résident malouin, vous aurez peut-être envie après ces longues semaines de confinement, de profiter des alentours de la ville, et même de la région !

Si vous avez l’impression de bien connaître le secteur, car ce n’est pas la première fois que vous venez, sachez qu’il reste encore beaucoup à voir. Nous avons tenté de réunir ici les activités et balades connues ou inédites pour votre découverte.

PROFITER DE LA BAIE DU MONT-SAINT-MICHEL
On se plaint souvent que l’endroit est bondé de touristes alors il faut profiter de cette période pour découvrir la baie dans un environnement plus tranquille. Vous pouvez profiter de la vue sur cette belle baie en faisant des promenades vers son embouchure.

Vous pouvez ainsi faire de longues balades à pied le long de la Sélune entre Pontaubault et Le Val-Saint-Père. La région des prés salés est superbe à découvrir et elle donne l’occasion de faire de très belles photos avec le Mont Saint-Michel en fond.

DÉCOUVRIR LA FORÊT DE PAIMPONT
Située à 70 kilomètres de Saint-Malo, la forêt de Paimpont est une destination idéale en famille. Sur plus de 800 ha, il y a de quoi faire de très belles promenades et trouver des endroits agréables pour un pique-nique savoureux. Les enfants seront aussi ravis de découvrir de nombreux sites mégalithiques qui appartiennent aux légendes arthuriennes comme le tombeau de Merlin ou encore la maison (l’hotié) de la fée Viviane.

Il ne faudra pas non plus manquer Le Val sans Retour, une vallée très encaissée dans du schiste rouge. D’après la légende, la demi-sœur du roi Arthur, Morgane, y avait fait prisonniers les chevaliers de la table ronde et seul Lancelot avait pu se délivrer du sortilège.

VISITER LA BELLE CITÉ DE FOUGÈRES
À 68 kilomètres de Saint-Malo, Fougères représente presque un voyage dans le temps. Cette cité de caractère a de nombreux quartiers et édifices multi-centenaires. Avec une harmonie architecturale unique, une belle balade dans les rues de Fougères vous plonge dans la vie d’autrefois de ces petites cités médiévales.

Le château et le beffroi sont les monuments principaux à admirer mais chaque ancienne maison et chaque parcelle de mur fortifié sont à découvrir par une belle journée de printemps ensoleillé !

MARCHER SUR LE GR 34
Ce chemin de randonnée mythique est aussi appelé le sentier des douaniers et fait le tour de la Bretagne par les chemins côtiers. Depuis Saint Malo, vous pouvez en découvrir une belle portion, sans vous lasser de ce littoral magnifique.

Un tronçon de près de 13 kilomètres depuis le Havre de Rothéneuf à l’anse Du Guesclin peut constituer déjà une formidable mise en bouche de quelques heures à la découverte de superbes points de vue côtiers.

Une belle façon de découvrir la magnifique Côte d’Émeraude tranquillement, à votre rythme, et en vous oxygénant !

ADMIRER LE PARC BOTANIQUE DE HAUTE BRETAGNE
Il ne faut pas manquer la floraison de printemps du parc botanique de Haute Bretagne. Au château de la Foltière, au Châtellier, ce parc vient de rouvrir ses portes et accueille les visiteurs de 11 h à 18 h, chaque jour.

C’est l’endroit idéal pour découvrir des essences de tous les continents parmi 24 jardins thématiques qui couvrent les 25 hectares du parc. Le parc est superbe à toutes les saisons mais les semaines actuelles permettent de voir de formidables rhododendrons et azalées en fleur et bientôt ce sera le tour de centaines de rosiers différents !

Un lieu d’excursion idéal pour profiter du printemps et admirer l’art floral en famille.

DÉBARQUEMENT ET LIBÉRATION DE SAINT-MALO : COMMENT REVIVRE CE MOMENT ?

Le confinement a empêché les rassemblements pour commémorer le débarquement allié : il y avait possibilité de le vivre à distance avec des films sur YouTube et les cérémonies diffusées en live et en différé ou des musées à visiter.

Le DDay reste à jamais ancré dans la mémoire collective des Français mais encore plus dans celle des habitants de la façade ouest atlantique. Le débarquement du 6 juin 1944 est un événement tellement fort qu’il draine chaque année des milliers de visiteurs en Normandie et incite de nombreux clients de notre hôtel à Saint Malo en bord de mer, à visiter les lieux emblématiques ou rechercher des informations sur ce jour d’histoire.

Mais cette année, avec le confinement et des cérémonies réduites, il y avait d’autres moyens de célébrer et revivre en ligne ce grand moment d’histoire.

DES CÉRÉMONIES RÉDUITES POUR LE 76ᵉ ANNIVERSAIRE DU DÉBARQUEMENT
Avec le confinement et les restrictions du rassemblement dues au Covid-19, difficile de faire des commémorations du débarquement de Normandie comme les autres années ! Mais les organisateurs des différentes manifestations n’ont pas pour autant baissé les bras. Ils ont eu le temps de se retourner et de proposer des cérémonies réduites, voire virtuelles ou en ligne.

C’est d’ailleurs, tout un ensemble d’initiatives originales qui permettent de commémorer le 6 juin autrement dans toute la région. C’est ainsi que la ville de Carentan par exemple a mis en place un site internet spécial pour un DDAY virtuel.

UN FILM SUR YOUTUBE ET DES CÉRÉMONIES EN LIGNE
Un autre moyen moderne de ne pas manquer les festivités du DDay est tout simplement de se connecter à internet : De nombreux organisateurs ont pu utiliser le web pour diffuser des documents spéciaux ou retransmettre des cérémonies.

C’est le cas par exemple avec la ville de Sainte-Mère-l’Église qui a donné rendez-vous le vendredi 5 juin au soir pour commémorer le Débarquement du 6 juin 1944.
Il est toujours possible de retrouver la diffusion en différé de cette cérémonie sur la page Facebook de la localité célèbre pour ses parachutages américains dans la nuit du 5 au 6 juin 1944.

Côté documentaire en ligne, il est aussi possible de voir un film poignant et très émouvant, fourni par le Normandy Institute : il fait intervenir un grand nombre d’historiens et de personnalités qui évoquent ce jour particulier de l’histoire occidentale

DES MUSÉES QUI SONT OUVERTS
Après le confinement, les musées ont eu le droit d’ouvrir à nouveau et d’accueillir du public avec certaines mesures de sécurité. C’est le cas du musée D Day Experience à Saint-Côme-du-Mont et du musée Airborne de Sainte-Mère-Eglise, qui accueillent à nouveau des visiteurs.

De la même manière, le Normandy Victory Museum de Catz a proposé une diffusion du film « Il faut sauver le soldat Ryan » en drive in : il suffisait de se garer sur le parking et d’admirer le film depuis sa voiture !

Enfin, aux rayons des héros non oubliés du débarquement, un seul vétéran a pu participer aux commémorations de cette année : Charles Norman Shay qui vit proche de la Manche a pu symboliquement représenter les milliers de soldats de cette immense opération.

Ce fut certainement un jour particulièrement émouvant pour cet ancien soldat de 95 ans qui avait alors débarqué à 19 ans sur la plage d’Omaha Beach, sans armes, car il était infirmier !

LES ÎLES DU GRAND BÉ ET PETIT BÉ : EMBLÈMES DE LA BAIE DE SAINT-MALO

Les îles du Grand Bé et Petit Bé constituent deux petits joyaux au large des remparts de Saint-Malo : apprenez leur histoire, découvrez leur patrimoine et comment les admirer

Pour tous ceux qui passent quelques jours à notre hôtel à Saint Malo en bord de mer, les deux îlots du Grand Bé et du Petit Bé deviennent vite représentatifs du décor maritime malouin.

C’est d’ailleurs le cas de tous les vacanciers qui séjournent dans la cité corsaire. Ces îlots constituent un repère visuel, un but de promenade et une source de découverte de l’histoire de la ville, même s’ils sont parfois méconnus.

LE GRAND BÉ
Tout d’abord il faut savoir que le mot Bé signifie deux îlots contigus. C’était donc le nom tout trouvé pour désigner ces deux amas rocheux situés à quelques encablures l’un de l’autre.

Le Grand Bé se trouve à peu près à 500 m à l’ouest de la plage de Bon-Secours, qui est juste en bas des remparts de la ville. Cette île inhabitée (mais dont on sait qu’elle fut fréquentée à la préhistoire) est reliée aujourd’hui au continent par une chaussée cimentée surélevée. Mais même à marée basse, il y a toujours un peu d’eau entre la plage et l’île.

Cette île fut très populaire au 19ᵉ siècle et à cette époque une passerelle en bois permettait d’y accéder en tout temps.

Aujourd’hui elle est surtout connue pour le tombeau de Chateaubriand. En effet, le célèbre écrivain, né à Saint-Malo, avait fait le vœu d’être inhumé sur ce petit coin de terre. Il fut exaucé et aujourd’hui encore sa tombe fait l’objet d’un vrai culte par ses admirateurs littéraires.

L’île abrite aussi une vieille chapelle en ruine (Notre Dame des Lauriers) mais ce petit bout de terre est surtout prisé pour le point de vue qu’il offre sur la ville et les remparts. En effet, quoi de plus beau que les selfies avec les remparts de Saint-Malo en arrière-plan ou les photos panoramiques de la baie ?

LE PETIT BÉ
L’île du Petit Bé et son fort sont juste à peine à 300 mètres à l’ouest du Grand Bé.

Le fort qui date du 17e siècle était une partie des défenses voulues par Vauban pour protéger la ville de Saint-Malo de tentatives ennemies venues d’Angleterre ou de Hollande. De nombreux forts émaillent la baie et les remparts constituaient la défense ultime contre les assaillants.

Ce petit fortin pouvait quand même à l’époque accueillir environ 160 soldats et était équipé de 19 canons et 2 mortiers. Les 3 étages de l’époque subsistent encore aujourd’hui et sont en rénovation. L’armée française l’a conservé jusqu’en 1885, puis il est ensuite devenu propriété de la ville et classé au patrimoine des monuments historiques.

SAINT-MALO : D’OÙ VIENT LE NOM DE LA « RUE DE LA PIE QUI BOIT »

La « Rue de la Pie qui Boit » est une voie de la cité corsaire de Saint-Malo, mais savez-vous pourquoi elle s’appelle ainsi ? Découvrez la solution dans cet article ainsi que les éventuelles explications originales que certains peuvent imaginer !

Si vous séjournez prochainement dans notre hôtel de Saint Malo avec vue mer, au gré de vos promenades en ville, vous pourriez tomber sur quelques énigmes patrimoniales ! En voici une qui suscite de nombreuses interrogations : l’origine du nom de la rue de la Pie qui Boit. C’est en effet une rue un peu énigmatique de la cité corsaire et elle donne libre cours à de nombreuses interprétations !

BEAUCOUP D’IDÉES POUR EXPLIQUER L’ORIGINE DE CE NOM
Une rue qui s’appelle rue de la Pie qui Boit ce n’est pas commun et c’est même la seule de France. Elle se trouve au cœur de la cité derrière les remparts de Saint-Malo et existe ainsi depuis des décennies. Lorsqu’on demande aux passants quelle peut bien être l’origine d’un tel nom, on obtient de nombreuses réponses plus ou moins farfelues.

Certains évoquent la tendance de la pie à piailler sans cesse et donc à un besoin impérieux de boire. D’autres pensent qu’une pie a essayé de se baigner et a certainement bu la tasse ! Un autre scénario est évoqué : des pies engagées par la ville de Saint-Malo pour la défendre, comme les oies du Capitole à Toulouse. Elles auraient pu avoir à cet endroit un lieu pour se réhydrater.

UNE EXPLICATION SIMPLE
Malgré le fait que toutes ces idées soient originales et fassent sourire, l’explication de l’origine du nom de la rue de la Pie qui Boit est assez simple.

En fait, dans une rue voisine, la rue Thévenard, se tenait autrefois un estaminet (un débit de boissons du temps jadis qui servait essentiellement de la bière et du tabac).
Cet établissement s’appelait « A la pie qui boit » et il possédait une enseigne sur sa façade qui évoquait une pie posée sur un pressoir à cidre. Cet établissement s’appelait ainsi car une pie venait boire régulièrement le jus qui restait au pied du pressoir.

De fil en aiguille, cette pie a vraisemblablement établi sa résidence dans le quartier puisqu’au fil des décennies, le nom est passé de ce débit de boissons à une rue voisine et enfin aujourd’hui aussi à un bar crêperie qui se trouve dans la rue du même nom !

LE GUIDE DES BONNES CAVES À VIN DE SAINT-MALO

A Saint-Malo héberge quelques adresses de caves à vin qui ferait jalouser certains ! Nous vous proposons une sélection de 4 caves à vin, afin de toujours trouver la bouteille qui ira avec chaque occasion.

Même si la région n’est pas viticole, elle recèle de bonnes adresses pour se fournir en vin. Alors, lors de votre prochain séjour dans notre hôtel de charme à Saint Malo, si vous souhaitez offrir ou trouver du bon vin il ne vous restera plus qu’à vous rendre aux adresses suivantes où vous trouverez votre bonheur !

LES MEILLEURES CAVES À VIN DE SAINT-MALO
LE JUS D’OCTOBRE
Sous ce nom atypique mais symbolique, se cache une belle adresse où l’idée est de démocratiser le vin et de partager cette noble passion des belles bouteilles. Ici, les vins sont ordonnés selon leur moment de consommation et l’idée est de vous aider à trouver la bouteille parfaite pour votre repas ou pour tout autre occasion.

Le choix sera immense entre 800 vins, 400 spiritueux et aussi 60 bières. Il y en a pour toutes les bourses et la cave propose une très grande variété selon les régions et les cépages. De plus, cette cave à vin prodigue des cours d’œnologie et des dégustations.

Le Jus d’Octobre se trouve à deux adresses : au 12 Boulevard de Rochebonne et au 44 rue général Patton.

CAVE DE L’ABBAYE ST JEAN
Cette cave offre aux amateurs de vin plus de 2000 références en vins et spiritueux, et une équipe de 3 sommeliers qui sont là pour vous conseiller. On y trouve un très grand choix de vins avec des millésimes anciens bien conservés.

La boutique a aussi un beau rayon de verres, carafes et objets du vin et elle commercialise aussi des produits d’épicerie fine. Enfin, des dégustations peuvent se faire sur réservation et une école du goût est même ouverte pour apprendre le vin et sa dégustation.

De plus de nombreuses animations sont souvent organisées à la cave que vous trouverez intramuros au 7 rue des Cordiers.

LE MOULIN À VINS
C’est un total de 1300 références de vins, champagnes, liqueurs et spiritueux que vous retrouvez au Moulin à vins ! Avec aussi de belles gammes de rhums et whiskies, c’est malgré tout l’univers des vins des diverses régions de France et du monde entier qui autorise des choix appropriés pour vos repas ou pour votre cave particulière.

Vous serez guidé et conseillé sur les accords parfaits, et vous trouverez toujours la bouteille parfaite, selon votre goût et l’occasion, et dans tous les budgets. De plus, des dégustations régulières sont organisées dans cette belle boutique que vous trouverez au 80, boulevard des Talards.

LE COMPTOIR
Voici un bel endroit qui fait à la fois bar et cave. Vous pouvez ainsi déguster en toute tranquillité vins, champagnes, bières et spiritueux dans une belle ambiance conviviale. De plus, vous pourrez accompagner vos verres d’une assiette de charcuterie ou de fromages.

Côté cave, vous pouvez donc faire vos emplettes et être conseillé dans vos achats avec professionnalisme et sympathie. Des appellations IGP aux grands crus, vous trouverez une gamme très large de vins à tous les prix et de toutes les régions du globe.

L’endroit est chaleureux et accueille aussi bien les familles que les after-work et s’avère parfait pour compléter votre cave. Le Comptoir se trouve au 4 rue de la croix desilles et est ouvert du mardi au samedi.

ROCHERS SCULPTÉS DE ROTHÉNEUF : DE L’ART BRUT À NE PAS MANQUER

A Saint-Malo les rochers sculptés de Rothéneuf sont à ne pas manquer : ces sculptures impressionnantes sont l’œuvre d’un seul homme et un beau témoignage artistique à découvrir. Depuis un siècle, ils fascin

Parmi les visites recommandées à faire absolument pour les pensionnaires de notre hôtel de charme à Saint Malo, les rochers sculptés de Rothéneuf sont toujours très appréciés.

Ils constituent une petite merveille du littoral et un témoignage artistique captivant et touchant. A 5 kilomètres du centre-ville, ils seront l’objet d’une balade enrichissante !

L’ŒUVRE D’UN HOMME ATYPIQUE
Les rochers sculptés de Rothéneuf sont l’œuvre d’un seul homme, l’Abbé Fouré. Ce prêtre a officié son ministère dans de nombreuses communes bretonnes avant de devoir prendre sa retraite après un accident cérébral qui lui avait ôté la parole et l’ouïe.

Il s’est alors retiré à Rothéneuf en 1894 et a entrepris de tailler la roche en plein air jusqu’en 1907. Il créera aussi de nombreuses sculptures en bois dans sa maison du bourg appelée « La Haute Folie », ou la « Maison de l’Ermite ». Paralysé en 1907, il restera réfugié dans sa demeure avant de mourir 3 ans plus tard à 71 ans.

UN ENDROIT IMPRESSIONNANT
Au total ce sont plus de 300 œuvres sculptées dans le granit qui ont été réalisées par l’Abbé Fouré. Elles sont toutes faites dans une falaise qui surplombe la mer et qui est soumise aux marées et à l’air marin. On y trouve aussi bien des visages des habitants de Rothéneuf, que des évocations de légendes ou de pirates. Sur près de 500 mètres carrés, le sculpteur s’est à la fois inspiré de son quotidien que de légendes locales.

Ce qui est encore plus passionnant c’est que l’œuvre de l’abbé Fouré ne cesse d’évoluer au fil du temps et des marées et de leur érosion. Le site est ouvert toute l’année, du lundi au dimanche, de 9 h à 12 h puis de 14 h à 18 h, en basse saison, et de 9 h à 19 h en haute saison. Il est néanmoins fermé tous les mercredi en dehors des périodes de vacances scolaires.

L’entrée coûte 2,50 € par adulte et est gratuite pour tous les enfants de moins de 10 ans. L’idéal est de s’y rendre le matin ou en fin de journée car la lumière est particulièrement belle et propice aux photographies.

Enfin, il faut noter que le sentier de la falaise reste escarpé et qu’il n’est pas accessible aux personnes à mobilité réduite, peu praticable en poussette et par endroits un peu délicat.

LA BOUTIQUE « MILLE FACETTES » MET EN VALEUR LES CRÉATEURS DE SAINT-MALO

Ouverte en février 2021 par une association d’artistes malouins comprenant quinze membres, la boutique « Mille facettes » a pris la suite du magasin « Histoire de… » et expose une vingtaine d’artistes et de créateurs de la région dans le but de commercialiser leurs œuvres.

Si vous résidez quelque temps dans un hôtel à Saint-Malo intramuros, prenez le temps de visiter la boutique Mille Facettes qui propose des bijoux, des objets et des meubles tout droit sortis de l’imagination d’une quinzaine de créateurs malouins.

LES CRÉATEURS SONT À L’HONNEUR À SAINT-MALO
En février 2021, sous l’impulsion d’une nouvelle association de créateurs, la boutique du centre-ville « Mille facettes » a pris la suite du magasin « Histoire de… » qui a dû cesser son activité.
La boutique est tenue à tour de rôle par quinze créateurs permanents rejoints par six autres qui confient à la boutique le soin de commercialiser leurs créations. Le nom Mille facettes a été choisi pour traduire concrètement la grande diversité des œuvres présentées.

Ghislaine Guérin, la présidente de l’association des créateurs de « Mille facettes », précise que la plupart des artistes exposés sont originaires d’Ille-et-Vilaine ou des départements limitrophes pour le reste. Tous les exposants sont des créateurs originaux. Voici deux exemples de produits atypiques que l’on trouve dans la boutique.

LES CRÉATIONS KIMYA UTILISENT LA FIBRE VÉGÉTALE D’ANANAS RECYCLÉE
Les créations Kimya utilisent la fibre végétale d’ananas Piñatex™ issue du recyclage de déchets perdus pour créer des produits originaux. L’utilisation de ces produits permet aux producteurs d’ananas philippins de percevoir des revenus supplémentaires. Ces fibres sont préparées par un procédé industriel et les résidus du processus sont également recyclés et servent d’engrais naturel, apportant un autre complément de revenus pour ces agriculteurs. Les pigments minéraux donnent un éclat et une brillance subtils aux collections de sacs et de petites maroquineries proposées par les créations Kimya.

Cette matière première originale utilisée pour la maroquinerie lui confère une dimension environnementale, écoresponsable et sociale particulièrement appréciée de nos jours.

LES PETITS GALETS DE SANDRINE THOMAS
Présente au Salon des artistes du Minihic-sur-Rance, aux Journées du fait main de Dinan ou encore au marché de Saint-Cast, Sandrine Thomas propose des cadres poétiques qui racontent des histoires simples et touchantes grâce à deux ou trois galets polis soulignés par quelques traits à l’encre. Le dépouillement de son art est sa force et ses œuvres vont à l’essentiel et parlent directement au cœur. Ses petits galets deviennent des oiseaux, des papillons ou des cerfs-volants. Son idée, un concept simple, donner des ailes à ces petits cailloux qui trainent souvent dans les poches des enfants…

Sandrine Thomas ne se voit pas comme une artiste mais plutôt comme une créatrice qui montre autre chose derrière la naïveté des saynètes qu’elle réalise par plaisir et pour voir les regards des amateurs s’éclairer. Exposante à la Maison des artistes, Sandrine Thomas propose ses œuvres épurées à l’image de cette artiste de la légèreté.

LA DÉCOUVERTE DE CANCALE PAR LA CORNICHE LAISSE UN SOUVENIR IMPÉRISSABLE…

Arriver à Cancale par la corniche est certainement la meilleure façon de découvrir ce petit port niché au creux d’une anse coincée entre la pointe du Grouin et l’extrémité de la baie du mont Saint-Michel. De nombreuses activités rivalisent aujourd’hui avec l’air vivifiant et les huîtres plates sauvages.

Si vous résidez dans un hôtel de charme à Saint-Malo, Cancale, dont huitres plates sauvages font la réputation, est une perle accrochée à la côte d’émeraude à découvrir par la corniche qui domine la ville et le port.

CANCALE, LA PERLE DE LA CÔTE D’ÉMERAUDE
L’arrivée à Cancale par le sud en empruntant la corniche offre une vue exceptionnelle en surplomb de la ville et du port avec en toile de fond la baie du Mont-Saint-Michel. La contemplation des petites maisons nichées entre la pointe du Grouin et la corniche, bordées de plage en arc de cercle et des jetées du petit port qui s’avancent loin dans la mer, a quelque chose de magique, d’intemporel.

La route de la corniche qui mène vers le port de la Houle est certainement la première à emprunter tellement la vue est grandiose. C’est la plus belle façon de prendre la dimension et le charme de cette petite ville de plein fouet. Une autre route emmène vers la ville haute de Cancale où se trouvent le centre-ville et l’église.

QUE FAIRE À CANCALE ?
Pour ceux qui veulent sortir des sentiers battus, Scoot Escape propose la découverte en scooter électrique de la côte et de la ville de Cancale sous la forme de circuits à thème comme par exemple « les côtes de Cancale » qui permet de découvrir les paysages admirables en passant par des petits chemins et des routes secondaires. L’avantage du scooter électrique est de rester en contact constant avec la nature, sans bruit et avec pour seules odeurs celles de la nature et de la mer.

Pour ceux qui n’ont pas cédé à la tentation de prendre la route du port de la Houle en arrivant par la corniche, il est temps de prendre l’air frais iodé en s’y arrêtant et de se promener sur la cale de la fenêtre implantée sur le rocher éponyme pour admirer le port et la baie de Cancale sous un autre angle. Après cette promenade vivifiante, l’appétit ne manque de conduire à l’Atelier de l’huître, un des restaurants du port, pour déguster une assiette d’huîtres, une spécialité, dont on ne manquera pas de jeter les coquilles sur la plage comme le veut la tradition.

Pour les amateurs de fruits de mer, le restaurant propose également un plateau composé d’huîtres, de crevettes roses et grises, de bulots en direct du producteur et de rillettes de poissons et de mayonnaise maison. Pour ceux qui voudront prolonger le plaisir chez eux, la maison confectionne des petites terrines de poisson à emporter.

L’après-midi peut être consacrée à la promenade en empruntant le GR34 par la côte jusqu’à la pointe du Hock. En continuant, on arrive à la pointe des Crolles qui surplombe le port et les parcs à huitres à marée basse et pour finir, on retourne vers le port de la Houle par un petit escalier. Pour ceux qui n’ont pas envie de trop marcher, Escap’algues propose la visite de la ferme marine qui permet de découvrir les métiers de l’ostréiculture au cours d’une promenade d’une heure environ sur l’estran au pied des ateliers ostréicoles.

Une dégustation de tartare d’algues permet ensuite d’apprécier les vertus culinaires et médicinales de ce produit naturel.
Après cette journée mémorable et vivifiante, la Métairie du Vauhariot accueillera les visiteurs pour un repos bien mérité. Cette chambre d’hôtes implantée dans une maison du 17e siècle et classé refuge LPO propose une piscine et un jardin entièrement rénové en pleine nature. Détente et repos assurés !

LES GALETS DE SAINT-MALO, DES SAVONS ARTISANAUX FABRIQUÉS DANS LA CITÉ CORSAIRE

Implantée depuis le début de l’été à Saint-Servan, la nouvelle boutique atelier de la famille Mano commercialise et fabrique du savon artisanal devant ses clients. Le fils Walter a rejoint sa maman qui gérait déjà la boutique « L’île aux savons », située à Saint-Malo intra-muros.

Si vous êtes de passage dans un hôtel à Saint-Malo intramuros, ne manquez pas la nouvelle fabrique de savon de la famille Mano qui vient d’ouvrir à Saint-Servan en complément de la boutique intramuros « L’île aux savons ».

UNE VOCATION FAMILIALE
Dans la nouvelle boutique atelier créée par Walter Mano à Saint-Servan, les savons sont fabriqués devant les clients. Ceux-ci se pressent derrière la vitre qui sépare le magasin de l’atelier pour admirer le maitre savonnier dans ses œuvres. Pour ceux qui veulent mettre la main à la pâte, des ateliers de fabrication sont organisés sur rendez-vous.

Catherine Mano, la maman de Walter, a rencontré il y a vingt un maître savonnier à Arras dans le nord de la France. Ce fut pour elle une véritable révélation ! Elle décida de quitter le commerce de spécialités normandes dans lequel elle travaillait alors pour se lancer dans la fabrication artisanale de savons. Elle ouvrit un premier magasin en Normandie.

En 2013, lorsqu’elle découvrit la côte d’Émeraude et Saint-Malo, ce fut le deuxième coup de foudre. Elle décida de concilier sa passion pour le savon avec son nouveau coup de cœur et ouvrit une boutique de 17 m2 dans l’Intra-Muros.
L’île aux savons était née, lui permettant de continuer à vivre sa passion en commercialisant ses productions artisanales dans un endroit de rêve.

LES PRODUITS ARTISANAUX ONT LE VENT EN POUPE
Ouverte au début de l’été par la mère et le fils, la nouvelle boutique de Saint-Servan tourne déjà à plein régime. Après avoir quitté le métier de gendarme, Walter a suivi une formation et obtenu son diplôme de « maître savonnier ».
L’objectif est la transparence et le nouveau maître savonnier veut fabriquer de véritables produits artisanaux devant les clients de la boutique de la cité malouine. Situés dans le passage Solidor, rue Ville-Pépin, la boutique et l’atelier monopolisent l’attention des passants qui s’étonnent de voir la fabrication de savons dans le petit atelier de production chaque mercredi et samedi après-midi.

La savonnerie malouine propose dans sa boutique attenante, en plus de ses propres fabrications, une large gamme de produits originaires de France comme des savons en pain ou liquides, des gels douche, ou encore des shampoings.

Les créations artisanales de Walter, sous le regard attendri de sa maman et mentor, offrent un large choix de produits neutres, biologiques ou parfumés aux senteurs de fruits et de fleurs. Les spécialités qui rencontrent un véritable succès sont les savons au lait de chèvre ou d’ânesse bio artisanaux qui sont des produits exclusifs très rares de nos jours. L’entreprise familiale fabrique un produit local, « Les galets de Saint-Malo », aux effluves d’océan, qui deviendra bientôt une spécialité régionale au même titre que les bêtises de Cambrai ou les calissons d’Aix.

Crédits photo : actu.fr
TOUS LES ÉVÉNEMENTS

VOYAGE AU CENTRE D’UNE MALOUINIÈRE

Construites par les riches armateurs malouins entre les 17e et 18e siècles, les malouinières servaient de résidences de villégiature à distance de cheval du port de Saint-Malo. Leur style architectural massif et leurs façades en granit percées d’ouvertures symétriques leur donnent un aspect austère.

Si vous résidez dans un hôtel de charme à Saint-Malo, il faut profiter de votre séjour pour vous rendre dans les terres afin de visiter les demeures qui ont fait la réputation de la cité corsaire, les malouinières.

LES MALOUINIÈRES DU CLOS-POULET
Les malouinières sont de belles demeures construites entre 1650 et 1730 à quelques kilomètres autour de Saint-Malo. Ces lieux de villégiature des riches armateurs malouins étaient installés à la campagne à distance de cheval.

Entre les 17e et 18e siècles, les épopées maritimes de Saint-Malo battent leur plein. Les marins malouins et les corsaires s’enrichissent lors des guerres maritimes larvées entre les nations européennes et les pêches de Terre-Neuve.

À cette époque, Saint Malo est le premier port de France par le nombre de navires et les armateurs malouins déjà fortunés fondent la « Compagnie Malouine des Indes » et entreprennent le négoce avec les pays orientaux.

Fortune faite, les armateurs affirment leur réussite économique en faisant édifier des bâtisses inspirées des grandes demeures bourgeoises et nobles en reprenant les mêmes codes et la même organisation intérieure.

Ces demeures sont généralement situées dans l’arrière-pays malouin, suffisamment loin pour échapper à la congestion de la ville et suffisamment près pour pouvoir rejoindre rapidement ses affaires en centre-ville.

Le Clos-Poulet, la région de l’arrière-pays malouin, accueille la plus grande partie des Malouinières. De nos jours, ces résidences privées sont généralement ouvertes à la visite soit toute l’année, soit lors des journées du patrimoine.

Ces demeures austères, généralement de forme rectangulaire, à la façade percée de nombreuses fenêtres à petits carreaux, sont entourées de jardins à la française et recèlent de magnifiques boiseries sculptées.

LES CARACTÉRISTIQUES D’UNE MALOUINIÈRE
Les malouinières reprennent l’organisation générale structurée des résidences aristocratiques et constituent un type spécifique de demeure dont l’ordonnance architecturale inclut un parc clos par de grands murs, une chapelle, un colombier et des communs.

Ce style architectural massif de ces demeures n’est pas sans rappeler celui des ingénieurs du roi, disciples de Vauban, et fait la part belle au granit de Chausey. L’allure austère des bâtiments rectangulaires est renforcée par les ouvertures symétriques et alignées et par les toits hauts comportant plusieurs cheminées. Cette austérité ne vaut que pour l’extérieur, la décoration intérieure étant quant à elle très riche et très luxueuse.

À l’intérieur, les boiseries sculptées et les bibelots exotiques issus du commerce avec les Indes et les Amériques rivalisent de luxe avec le mobilier fabriqué avec des essences nobles, les tableaux de maîtres et les tapisseries d’Aubusson.

Généralement entourés d’un jardin à la française, les propriétaires de l’époque acquièrent au fil du temps des hectares de terre supplémentaires pour agrandir le domaine.


© Tous droits réservés. Designed by CREAATION.COM